Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 articles avec chevreuils

Un chevreuil très "cool"

Publié le par Françoise Andersen

Hier nous étions en train de déjeuner, quand mon mari me dit soudain: "Un chevreuil". Je regarde vers le fond du jardin, mais je ne vois rien. Mon mari insiste: "Là, sur la terrasse". Alors j'ai eu la surprise de voir un chevreuil, le nez dans mes capucines, juste de l'autre côté de la vitre. Elles ne sont pas encore en fleurs alors, déçu, il a détourné la tête. Avant qu'il ne se mette à traverser tranquillement le jardin, j'ai eu le temps de prendre cette photo. 

Un chevreuil très "cool"

Je n'ai pas osé sortir par la porte-fenêtre qui donne sur la terrasse, alors je suis allée ouvrir discrètement la porte d'entrée, pour le photographier depuis le devant de la maison. J'avais l'impression de ne pas avoir fait de bruit, mais il m'a quand même entendue. Au lieu de s'enfuir, il s'est retourné et est resté figé à me regarder. 

Un chevreuil très "cool"
Un chevreuil très "cool"

Malheureusement j'avais attrapé le premier appareil venu et c'était celui qui était réglé sur le format email, qui ne me permet pas, ensuite, d'agrandir la photo. Je me suis consolée en me disant que j'avais pu le photographier de très près, de l'autre côté de la vitre, sur la terrasse.

Pendant ces instants pourtant fugaces, le temps semble s'arrêter. Ces quelques secondes sont si intenses qu'on les goûte pleinement. J'ai vraiment beaucoup de chance !

Un chevreuil très "cool"

Publié dans CHEVREUILS

Partager cet article

Repost 0

J'aime les hortensias. Les chevreuils aussi...

Publié le par Françoise Andersen

Il y a quelques jours, je m'étais acheté un bel hortensia. D'habitude je suis prudente et par crainte des chevreuils gourmands, je place mes plantes sur la terrasse côté Sud, qui est protégée par une clôture.

 

J'aime les hortensias. Les chevreuils aussi...

Imaginez ma déception quand j'ai constaté, hier matin,  qu'il avait diminué de moitié. Un chevreuil avait mangé 7 grosse fleurs..

 

Je me suis empressée d'aller le mettre à l'abri derrière  la clôture et je l'ai tourné de manière à ce qu'on ne voie pas trop les dégâts

 

J'aime les hortensias. Les chevreuils aussi...

 

Mon hortensia rose devait être plus appétissant que tous les autres que j'avais vus indemnes dans le lotissement. Il était plus jeune et sûrement plus tendre.

 

Même si je suis un peu en colère je ne peux pas vraiment en vouloir aux chevreuils: il faut bien qu'ils aient un bon dessert de temps en temps. Je préfère qu'ils mangent mes fleurs et qu'ils continuent de venir de temps en temps dans le jardin, à ma grande joie.

J'aime les hortensias. Les chevreuils aussi...

AJOUT

 

Je présente toutes mes excuses au jeune chevreuil dont j'ai publié la photo, faute de pouvoir vous montrer le coupable.

 

Il n'est sûrement pour rien dans ma mésaventure et, s'il suit mon blog, je ne voudrais pas qu'il croie que je le soupconne.

 

                                    ;) 

 

Publié dans CHEVREUILS

Partager cet article

Repost 0

Le mini Bambi

Publié le par Françoise Andersen

Un jour en revenant de la ville en voiture, nous avons vu, devant notre haie, ce que nous avons d'abord pris pour un petit chien taille XXS. Mais c'était un petit chevreuil. Je n'en ai jamais vu de si petit. Il n'était guère plus grand que la boîte aux lettres. Il était seul. Mon mari a immédiatement arrêté la voiture de l'autre côté du chemin, pour ne pas l'effrayer.

 

Le petit faon a d'abord couru dans notre direction, puis il a fait demi-tour et est entré dans notre jardin par un petit trou dans la haie.

 

 

                                DSCN1481.JPG

 

 

 Une fois la voiture garée le long de la maison, nous avons vu un chevreuil adulte dans le jardin du voisin d'à côté. J'ai voulu le photographier depuis l'intérieur de la voiture mais, manque de chance, mon appareil m'a annoncé que la batterie avait besoin d'être rechargée. Je suis donc sortie pour aller chercher, avec des ruses de Sioux,  celui de mon mari dans la maison. J'étais courbée en deux pour ne pas dépasser de la voiture et être vue par l'animal, qui était calmement allongé dans l'herbe. 

 

Il était toujours là quand je suis ressortie de la maison avec l'appareil, toujours pliée en deux et cachée par la voiture.

 

 

                                         P1080464.JPG

 

 

 Je pense qu'il nous a vus l'observer dans la voiture, car il s'est levé. Mais ne pressentant aucun danger, il s'est juste léché le dos. 

 

 

                     P1080468.JPG

 

Il a ensuite regardé à nouveau dans notre direction, puis il est parti sans se presser.

 

         P1080466.JPG

 

 

Je ne pense pas que ce soit la maman du "mini Bambi". Mais c'est peut-être son papa. Je lui trouve en effet plutôt une allure masculine. 

 

J'espère que, quand  nous avons vu le petit devant notre haie, à l'extérieur du jardin, sa maman était à l'intérieur  et qu'il est allé la rejoindre. 

 

De telles rencontres me remplissent de joie. Dire qu'il y a des gens qui n'aiment pas vivre à la campagne car, d'après eux: "Il ne s'y passe rien" !"

Publié dans CHEVREUILS

Partager cet article

Repost 0

Le "chien" des voisins

Publié le par Françoise Andersen

 

Mon fils était venu nous voir de Copenhague et il lisait sur la terrasse, pendant que je préparais le déjeuner. Tout à coup, il est venu me demander : « Est-ce que les voisins ont un grand chien ? ».

 

Je lui ai répondu que ce qu’il avait pris pour un chien devait être un chevreuil. De loin on peut se tromper, étant donné qu’ils n’ont pas de bois l’été. J’ai donc sorti mon appareil photo. Moi-même j’ai pris, un jour, un labrador pour un petit chevreuil. J’avais aperçu le pelage marron clair d’un animal derrière la haie. Comme j’étais justement en train de prendre des photos, j’étais allée vers l’ouverture que nous avons faite entre les deux jardins, pour pouvoir facilement aller de l’un à l’autre. Je m’étais postée là, prête à appuyer sur le déclencheur, car j’avais eu l’impression que le "chevreuil" allait bientôt passer chez nous. C’est en effet ce que l’animal avait fait, mais j’avais eu la surprise de me retrouver, toute bête, nez à nez avec un labrador. J’avais entendu ensuite son maître qui sifflait depuis la route pour l’appeler.


Me rappelant tout à coup cet épisode, je me suis dit qu’en fait il s’agissait peut-être en effet d’un chien qui profitait de l’absence de nos voisins pour se promener dans leur jardin. Mais quand je suis sortie sur la terrasse, j’ai vu un chevreuil qui s’était figé et qui nous fixait apeuré.

Je l’ai photographié de loin avec le zoom et je me suis dit que, si nous nous approchions, il allait s’enfuir. J’ai donc discrètement fait signe à mon fils de me suivre en se déplaçant tout doucement sur le côté, jusqu’à ce que nous soyons cachés par la maison des voisins. Dès que nous avons été sûrs d’être hors de sa vue, nous avons longé la maison par derrière, au pas de course, pour aller le surprendre depuis la terrasse. Il nous a tout de suite repérés, mais il nous a fixés calmement. Nous avons tous les deux goûté cet instant magique, sans oser faire le moindre mouvement. Et puis la tentation de prendre une photo a été trop forte. J’ai levé l’appareil et j’ai juste eu le temps d’en prendre une seule, avant qu’il ne s’enfuie d’un bond.


Il y a souvent des chevreuils dans le jardin de nos voisins. Comme je me plaignais qu’ils ne s’arrêtent jamais chez moi, Bent m’a dit que c’était parce que je ne leur donnais pas à manger. Le lendemain, quand je suis allée mettre des graines de tournesol dans la mangeoire, j’en ai versé également sur l’herbe. Le résultat ne s’est pas fait attendre : le soir même, j’ai pu, pour la première fois, photographier un chevreuil dans mon jardin.

 

Mais je suis jalouse de Rie et Bent, car ils voient beaucoup plus de chevreuils que moi. Il faut dire que ceux-ci viennent surtout manger tôt le matin, vers 6 heures, et à cette heure là, je dors encore à poings fermés. Alors pour atténuer ma frustation, ils prennent des photos, pour me les montrer ensuite.

 

Cela me fait plaisir, mais ce n’est pas comme d’être à quelques mètres de ces merveilleux animaux et de plonger mon regard dans le leur.

Publié dans CHEVREUILS

Partager cet article

Repost 0

LES CHEVREUILS GOURMANDS

Publié le par Françoise Andersen

 

 

Les chevreuils qui vivent dans un petit bois proche de notre lotissement traversent parfois notre jardin. Ils s’y attardent rarement, car ils préfèrent aller chez nos voisins, qui ne viennent que le week-end. Ils peuvent ainsi squatter les lieux en toute tranquillité, pendant la semaine.

                  

                     

 

Bent, mon voisin, adore les animaux, et fait tout pour les attirer. Mais il aime aussi ses fleurs et il n’appréciait pas, quand il arrivait de Copenhague, le vendredi soir, de retrouver parfois uniquement des tiges de tulipes, de pensées, de géraniums, etc., parce que des cervidés s’étaient bien régalés avec les fleurs pendant son absence.

 

Quand je suis arrivée au Danemark cette année-là, j’ai donc eu la désagréable surprise de voir que Bent avait fait deux affreux petits enclos sur sa pelouse. Ils étaient destinés à protéger les petits arbres fruitiers qu’il venait de planter et à mettre à l’abri ses semis et ses pots de fleurs.

 

Craignant apparemment que les chevreuils ne sautent par-dessus le grillage, il avait aussi mis, autour du tronc des petits arbres fruitiers, une sorte de tuyau en plastique gris, car il avait entendu dire que les cervidés étaient très friands de l’écorce des jeunes arbres.

 

Je trouvais qu’il était en train de sombrer dans la paranoïa, simplement à cause de quelques fleurs mangées ici et là. Je regrettais de voir son jardin enlaidi de cette façon, avec toute la végétation “emprisonnée”. Je venais de m’acheter un tout petit arbre japonais avec de jolies petites feuilles roses, mais je ne voulais pas imiter Bent. Je n’ai donc rien fait pour le protéger, mais je l’ai amèrement regretté ensuite ! Tout s’est bien passé pendant 2 mois. Mais un jour, à notre retour d’une courte promenade sur la plage, nous avons constaté, furieux, qu’en notre absence des cervidés avaient grignoté l’écorce du petit tronc, qui se trouvait en partie dénudé. Nous espérions que ce petit arbre allait survivre, mais malgré tous les soins que je lui ai prodigués et le grillage destiné à empêcher une récidive, il s’est desséché petit à petit et nous avons dû l’arracher avant notre départ. J’ai gardé ce grillage pour le mettre autour du nouvel arbre que je planterai cette année.

 

Même si, sur le moment, j’en ai beaucoup voulu aux chevreuils et aux biches, je leur ai vite pardonné, car cette jeune écorce verte et tendre devait être très appétissante. Et puis je les aime beaucoup. C’est tellement beau et rare de voir une biche avec ses faons, en liberté !

 

Je dois souvent me contenter de les admirer quand ils sont dans le jardin du voisin, mais parfois j’ai la chance qu’une biche s’arrête à quelques mètres de moi, juste derrière la haie qui sépare les deux jardins. Elle me regarde, immobile et très calme. C’est un moment privilégié : quand je plonge mon regard dans le sien, je me sens emplie d’une grande sérénité et j’ai l’impression de ne faire qu’un avec la nature.

     5268707005 21b11c2309 b

Publié dans CHEVREUILS

Partager cet article

Repost 0