Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 articles avec heron

Le héron couvée 2015 SUITE L'union fait la force

Publié le par Françoise Andersen

J'ai du mal à croire le calendrier qui me dit que nous ne sommes qu'à la fin avril, car que le temps est vraiment estival. Ne désespérant pas de faire de meilleures photos de "mon" héron du parc d'Amphion, j'ai donc entrepris hier un nouveau safari-photo.

On se serait vraiment cru en été en arrivant sur la plage. Il y avait même quelques gamins grelottant sous des serviettes-éponges, qui avaient apparemment eu le courage d'aller se baigner dans l'eau du lac, qui devait être vraiment glaciale.

Le héron couvée 2015    SUITE   L'union fait la force

Quand je suis arrivée plus loin, près du grand arbre où loge "mon héron" au calme, j'ai tout de suite remarqué qu'un oiseau de proie tournoyait à nouveau autour de l'arbre. J'ai braqué mon appareil sur la cime, sans grande conviction, car je me disais que ce héron avait dû fuir comme la dernière fois, à cause du rapace. A ma grande surprise, je l'ai trouvé qui était tranquillement, soit en train de s'arranger les plumes, soit en train de nourrir des petits qui seraient déjà nés. Mais cela me semble un peu tôt car, il a l'habitude de couver en avril. 

Le héron couvée 2015    SUITE   L'union fait la force

Il semblait, contrairement à la dernière fois, indifférent à la présence du rapace.

J'ai compris la cause de ce courage soudain, quand je me suis aperçue qu'il avait maintenant un voisin: un autre héron dont le nid n'était pas très loin du sien. On aperçoit sa tête blanche à gauche.

Le héron couvée 2015    SUITE   L'union fait la force

J'ai envié leur bonne entente, en la comparant à l'atmosphère qui règne dans notre petite copropriété. Décidément les animaux valent mieux que les humains !

Quand le rapace s'est rapproché, les deux hérons ont protesté en poussant des croassements très intimidants et en claquant du bec dans sa direction. Leur ennemi commun s'est enfui illico. Il n'ose apparemment pas attaquer deux nids à la fois.

Cela prouve une nouvelle fois que l'union fait la force.

 

Publié dans OISEAUX, HÉRON

Partager cet article

Repost 0

Le héron d'Amphion, couvée 2015

Publié le par Françoise Andersen

Il y a un an, j'avais eu la chance de photographier un héron dans son nid au sommet d'un des grands arbres du parc de la plage d'Amphion-les-Bains.

Nous sommes retournés à Amphion la semaine dernière et le héron était dans nid, à la même place que l'an dernier.

Le héron d'Amphion, couvée 2015

Mais j'avais juste eu le temps d'apercevoir sa tête, et il s'était vite caché. J'en ai compris la raison en voyant un rapace tournoyer au-dessus de l'arbre.

Comme j'étais frustrée de n'avoir pu faire les belles photos que j'espérais, nous y sommes retournés hier.

Le héron d'Amphion, couvée 2015

J'ai eu beau scruter la cîme des arbres, pas de trace de héron. En revanche plusieurs rapaces tournoyaient dans le ciel. Quand ils se sont éloignés, j'ai vu le héron arriver, mais il a eu une conduite étrange. Il tournoyait autour de "son" arbre, mais sans se poser.

Le héron d'Amphion, couvée 2015

J'avais l'impression qu'il avait peur d'indiquer aux rapaces où se trouvait son nid. Il a fini par s'éloigner de l'arbre en direction du lac.

Je pensais que c'était la fin de ce safari photo infructueux mais, alors que nous nous promenions ensuite le long du lac, je l'ai vu qui montait la garde au bout de la jetée d'un petit port privé. J'ai pu alors lui tirer le portrait à ma guise

Le héron d'Amphion, couvée 2015
Le héron d'Amphion, couvée 2015

C'est amusant de voir comme il change d'allure suivant qu'il sort son cou ou le rentre.

Malheureusement l'arrivée de deux kajaks a interrompu la séance photo. Le héron s'est envolé et je ne l'ai plus revu.

Le héron d'Amphion, couvée 2015

J'espère que j'aurai plus de chance la prochaine fois. Normalement il couve en avril pendant environ 3 semaines et ensuite il nourrit ses petits, donc il y a encore de belles photos en perspective. A condition que le nid ne soit pas attaqué entre temps par de méchants rapaces.

 

A suivre...

Publié dans OISEAUX, HÉRON

Partager cet article

Repost 0

Le héron (3) Séance photo sabotée par un jardinier bruyant

Publié le par Françoise Andersen

Hier nous sommes retournés à Amphion, car j'étais  persuadée que j'allais pouvoir prendre de belles photos du nid de héron, étant donné que la cîme des arbres allait bien ressortir sur un beau fond de ciel bleu. Ce temps magnifique avait succédé à une semaine froide et pluvieuse. Il avait même neigé sur les hauteurs.

Le héron (3) Séance photo sabotée par un jardinier bruyant

Malheureusement un jardinier était en train de tondre la pelouse pratiquement sous l'arbre où se trouve le nid. Son tracteur était très bruyant et il avait sûrement effrayé le héron, qui n'était plus là.

 

Je me suis dit aussi qu'il avait peut-être abandonné le nid, les jeunes l'ayant quitté depuis ma dernière visite. Nous sommes donc allés nous installer sur un banc au bord du lac, en nous réjouissant une fois de plus d'habiter dans une si belle région. 

 

Le héron (3) Séance photo sabotée par un jardinier bruyant

Nous avons eu la surprise de voir passer devant nous un chien "en écharpe". Sa maîtresse nous a expliqué qu'elle avait oublié sa laisse. J'ai trouvé la trouvaille ingénieuse. Cela devait être moins désagréable pour le chien que quand un mauvais maître improvise une laisse avec une ceinture ou une ficelle comme je l'ai malheureusement vu parfois. 

 

Le héron (3) Séance photo sabotée par un jardinier bruyant

Tout à coup j'ai aperçu un héron au-dessus du lac. Sur la photo on voit seulement un tout petit point, mais qui a malgré tout immédiatement été repéré par mon oeil de lynx, pourtant myope, astygmate, presbyte et nécessitant bientôt une opération de la cataracte . Tiens je vous invite à un jeu: "Cherchez le héron" !

 

L'oiseau était très loin et je n'étais même pas sûre qu'il s'agisse de "mon" héron.

Le héron (3) Séance photo sabotée par un jardinier bruyant

Je suis quand même repartie en flèche vers l'arbre. Enfin tout est relatif et il vaut mieux que je traduise cette exagération toute méridionale, qui me caractérise. Remarquez, elle a tendance à être remplacée par la litote, dans laquelle excellent les Danois, surtout ceux du Jutland. Si mon mari déclare qu'un plat n'est pas mauvais, cela veut dire qu'il le trouve excellent.

 

Et voilà, j'ai encore perdu le fil.  Ah oui je vous voulais vous dire que, pour être plus fidèle à la réalité, je me suis relevée un peu moins lentement et péniblement que d'habitude et que j'ai marché aussi vite que me le permettent mon arthrose du genou et mon coeur en partie bionique. 

 

J'ai été déçue en arrivant à l'arbre, car la cîme était toujours inhabitée. Je suppose que j'avais juste vu un héron helvète qui regagnait la rive suisse.

 

Mais en fouillant bien avec mon zoom, j'ai fini par apercevoir, entre les branches, deux jeunes qui se bécotaient.  Butin de chasse photographique médiocre, je l'avoue, mais c'est mieux que rien.

 
Le héron (3) Séance photo sabotée par un jardinier bruyant

 

Aujourd'hui nous allons retourner à Anthy. Je suis contente de savoir maintenant que le nid de cygne ne risque pas d'être submergé par l'eau, comme cela a parfois été le cas, puisqu'ils ont arrêté les "purges" en 2012.

 

Voir un article précédent.

Pour en savoir plus sur le héron cendré voir:

Publié dans OISEAUX, HÉRON

Partager cet article

Repost 0

Le héron (suite)

Publié le par Françoise Andersen

Je vous avais dit, dans l'article précédent, que j'allais retourner à Amphion dans l'espoir de photographier un héron en vol. C'est ce que j'ai essayé de faire hier et je vous assure que cela n'a pas été facile. Le résultat a été plutôt médiocre. Conclusion, comme l'écrivaient souvent mes profs, sur mes bulletins scolaires: "Assez bien, mais peut mieux faire". Donc je ne me déclare pas vaincue. Je reviendrai bientôt dans le parc d'Amphion.

 

 

Le héron (suite)

J'ai cherché en vain un nid en balayant  la cîme des arbres avec le zoom sur maximum, mais rien. J'étais très déçue, mais j'ai vite eu l'explication en entendant des cliquetis de bec qui venaient de plus loin. Je m'étais trompée d'endroit.

 

En allant vers la gauche, j'ai enfin réussi à voir la tête d'un héron qui dépassait d'un nid. On voit une aile en partie déployée, donc je pensais qu'il s'apprétait à aller pêcher dans le lac. Il a en effet pris son envol, mais je l'ai raté. Je commençais à désespérer d'arriver à prendre un héron en vol.

Le héron (suite)

Il est revenu rapidement et cette fois-ci il m'a présenté son autre profil.

Le héron (suite)

Et puis il s'est élancé à nouveau vers le lac, mais à nouveau je n'ai pas été assez rapide. Pendant son absence, il m'a semblé voir quelque chose se dresser dans le nid. J'ai shooté un peu au hasard et c'est seulement une fois la photo agrandie sur mon ordinateur que j'ai découvert une drôle de peluche ébouriffée. A mon avis, il pourrait s'agit d'un petit.

Le héron (suite)

Mon pauvre mari s'ennuyait ferme sur un banc à une cinquantaine de mètres de moi. Il faut dire que le temps avait passé très vite pour moi depuis notre arrivée, mais pas pour lui ! J'ai décidé d'abréger ses souffrances. Si, si, i je vous assure : on sentait qu'il rongeait son frein. Je suis retournée vers lui et lui ai proposé que nous allions nous asseoir au bord du lac. En effet là où je l'avais laissé (si j'était honnête, je devrais presque dire "parqué") , on ne voyait pas grand chose, à part des troncs d'arbres.

 

Le ciel n'était pas si bleu que la dernière fois - il était plutôt gris-bleu - et je me suis dit que, même si je n'avais pas pris de héron en vol, cela n'avait pas tellement d'importance car cela serait bien mieux la prochaine fois, avec un ciel azur. On se console comme on peut, mais j'ai pensé, en disant cela, à La Fontaine et à ses "Les raisins sont trop verts".

 

Tout à coup j'ai vu un oiseau au loin. Mon mari m'a assuré qu'il ne s'agissait pas d'un héron - il faut que je pense à prendre un rendez-vous pour lui chez l'opticien pour qu'il vérifie sa vue ;) - mais il s'agissait bel et bien de mon héron. Pour rester dans mes souvenirs de fables: si ce n'était lui, c'était son frère ou bien quelqu'un des siens.   :))

 

 

Le héron (suite)
Le héron (suite)

Malheureusement il était très loin et mon zoom n'était pas assez puissant. C'est mieux que rien, mais je suis têtue et je vais finir par arriver à avoir la photo de mes rêves. C'est bien d'avoir la chance de pouvoir encore rêver à mon âge.

Publié dans OISEAUX, HÉRON

Partager cet article

Repost 0

Partie de cache-cache à Amphion avec un héron

Publié le par Françoise Andersen

Au lieu d'aller nous promener au bord du lac en direction de Genève, nous étions allés, il y a quelques jours, dans le parc de la plage à Amphion. C'est une petite station balnéaire située entre Thonon et Évian, au bord d'une jolie baie.

 Partie de cache-cache à Amphion avec un héron

Amphion appartient à la commune de Publier qui se trouve sur les hauteurs et d'où on a une très belle vue sur le Léman. C'est là que nous allons remplir  nos bouteuilles gratuitement, à la buvette de Farquenoud,  d'une eau qui est quasiment la même que celle de la source Cachat,  commercialisée sous le nom d'eau d'Evian.

 Partie de cache-cache à Amphion avec un héron

Sous le second empire, c'était une station thermale réputée, avant qu'elle ne soit supplantée par Evian. L'ancien établissement thermal est devenu un hôtel, l'hôtel des Princes.

 

Dans le parc des Cèdres j'ai découvert qu' un monument, dont je ne m'étais jamais approchée auparavant, est consacré à la poétesse Anna de Noailles. Son nom évoque seulement pour moi de vagues souvenirs d'école, mais j'ai eu envie d'en savoir plus sur elle. Je pensais qu'elle avait habité la région car il y a, à Amphion un parc qui porte son nom ainsi qu'un lycée Anna de Noailles à Evian, mais d'après Google, elle a toujours habité à Paris. Étant donné qu'elle avait une villa à Amphion, je suppose qu'elle y venait en vacances.

 Partie de cache-cache à Amphion avec un héron

 

Je viens de lire quelques-uns de ses poèmes, et j'ai trouvé qu'elle écrivait de jolies choses.

 

Elle est enterrée au Père-Lachaise, mais son coeur repose au cimetière de Publier/Amphion.

Mais revenons à notre héron, qui était en fait le sujet de cet article. Si je n'en ai pas encore parlé, c'est que la partie de cache-cache n'a commencé que lorsque nous sommes arrivés à ces grands arbres. Un peu plus loin il y en avait d'encore plus hauts ( 30 ou 40 mètres ). 

 Partie de cache-cache à Amphion avec un héron

Nous avons soudain entendu, venant de leurs cîmes, de puissants cris d'oiseaux et des claquements de becs, qui m'ont tout de suite fait comprendre qu'au-dessus de nous il y avait des nids de héron.

 

Alors que je levais les yeux vers le ciel, j'ai vu un héron qui volait vers l'un des arbres. C'était magnifique. Il se détachait bien sur le ciel qui était si bleu ce jour-là. J'ai lu sur Google que les hérons volent lentement. Je vous assure que le type qui a écrit ça n'a jamais essayé d'en photographier un en vol. Le temps que je sorte l'appareil de ma poche, que j'ouvre l'objectif et que j'essaie de focaliser sur lui, il avait disparu. Elle rageait la Françoise ! D'autant plus que je l'ai raté une seconde fois, un peu plus tard, alors qu' il repartait vers le lac pour pêcher. Cette fois-ci j'étais prête et j'avais mon "arme" à la main, mais des branches l'ont vite caché à ma vue.

Je me suis donc contentée de zoomer et de shooter un peu au hasard vers un vague point blanc, dont je ne savais même pas s'il avait un rapport avec un nid. Ce n'est qu'une fois la photo chargée sur mon ordinateur et agrandie que j'ai eu une excellente surprise. Qu'est-ce que j'ai été contente en découvrant la tête d'un héron !

 Partie de cache-cache à Amphion avec un héron

 

J'aurais aimé vous en montrer un en vol, mais ce sera, je l'espère, pour une autre fois. Maintenant que je sais que cet endroit est une héronnière, je vais aller y jouer les paparazzis. J'imagine déjà la joie que j'éprouverai quand j'en prendrai un en vol. Non seulement, au fil des ans, j'ai appris à jouir de tous ces petits instants de bonheur qu'offre la nature, mais je m'en réjouis aussi à l'avance, ce qui double le plaisir.

Publié dans OISEAUX, HÉRON

Partager cet article

Repost 0