"Le jeu de l'amour et du hasard" (3)

Publié le par Françoise Andersen

3ème partie           LA  FILLE  SÉRIEUSE

 

Henning -  c'était son prénom - m'a dit que son père était armateur et qu'il se destinait à lui succéder. Il avait vraiment tout pour lui, ce charmant jeune homme ! Et il  parlait un français si impeccable que je me suis demandé pourquoi il avait dit au pasteur qu'il souhaitait l'améliorer. Peut-être voulait-il simplement draguer une petite Française ? il faut dire que les Françaises en 1958 avaient, auprès des Danois, la réputation d'être des femmes légères: "Gay Paris"  (pas "gay" dans le sens actuel, mais dans celui de la ville où on s'amuse), les petites femmes de Pigalle, les Folies bergère, l'amant caché dans le placard des vaudevilles, etc.

 

Les collègues de mon futur mari ont d'ailleurs  essayé de le mettre en garde quand il leur a dit qu'il voulait se marier avec une Française.  Même ma belle-mère avait une piètre opition des Français. Elle m'a dit un jour: "Tous les Français trompent leur femme". J'ai immédiatement protesté que mon père n'avait jamais trompé ma mère, sur quoi elle a répliqué : "Il doit être le seul".

 

A l'époque le Danemark était un pays très puritain. Tout a changé avec mai 68. Ils sont passés presque sans transition à une liberté sexuelle totalement débridée. Les sex-shops ont poussé comme des champignons dans la rue la plus commerçante de Copenhague - d'où elles ont maintenant complètement disparu. Les filles perdaient leur virginité vers l'âge de 13 ou 14 ans. Et puis le Sida est arrivé et les moeurs ont à nouveau changé. Mais je vous parlerai de cela un autre jour. Revenons à notre sujet.

 

Tout avait bien commencé, mais ça s'est gâché quand Henning a proposé que nous commencions nos échanges linguistiques le dimanche suivant, en me donnant sa carte de visite et en ajoutant: "Tu peux venir dans ma chambre".

 

Je ne savais pas qu'au Danemark les écoles étaient mixtes et que les jeunes avaient l'habitude d'avoir des relations de pure camaraderie avec ceux et celles du sexe opposé. Mais en France, en 1958, si une fille allait dans la chambre d'un garçon et se faisait violer, on disait: "Elle l'a bien cherché". Mon sang s'est donc glacé dans mes veines et Henning s'est aperçu de mon embarras. Il m'a regardé avec un sourire mi-rassurant mi-ironique. Il n'était pas question que j'aille dans sa chambre, mais je ne voulais pas avoir l'air gourde, alors j'ai fait comme si j'acceptais. Dès que j'ai été de retour à la maison, je lui ai écrit une lettre en annulant notre rendez-vous sous je ne sais plus quel prétexte. Je suis sûre qu'il n'a pas été dupe.

 

Le lendemain je retournais voir le pasteur danois pour lui dire que je préférais qu'il essaie de trouver une étudiante plutôt qu'un étudiant. Il m'a semblé approuver cette décision.

 

Quelques jours plus tard, une Danoise, portant le prénom d'Inger (qui se prononce "inneguoeur")  m'a téléphoné et m'a donné rendez-vous devant fontaine Saint-Michel. Je me suis rendue à ce rendez-vous avec un certain retard. Elle n'était pas là et j'ai eu peur qu'elle soit venue, puis repartie. Je l'ai quand même attendue en faisant les cent pas. Un monsieur d'un certain âge a commencé à me déshabiller du regard et j'ai compris qu'il se méprenait sur moi. Je me suis vite dirigée vers la station de métro, avant qu'il ne me demande: "C'est combien ?"

 

A suivre ...

 


 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dani et ses chats 16/11/2012 13:53


Figure-toi que moi on m'a demandé combien je prenais !!!!  


J'attendais sur le bord de la route un ami qui devait venir me chercher.


J'avais donc "la touche" de l'emploi    MDR !


Bon tu vas nous dévoiler la suite ????  J'y cours, j'y vole !


 

Françoise Andersen 16/11/2012 19:44



J'aime bien raconter et je suis presque frustrée que ce soit fini. Normalement j'aurais dû attendre d'écrire la fin ce soir. Tous les soirs je m'y mettais trop tard, alors ce matin, je me duis
dit: "Je vais commencer maintenant. Comme cela ça ira plus vite ce soir. Et une fois partie je n'ai pas pu m'arrêter. 



Dani et ses chats 16/11/2012 13:29


Désolée il est sorti sur fond blanc car j'ai fait un copié/collé, je pense que c'est pour ça.  Dani

Françoise Andersen 16/11/2012 20:04



 


LE COMMENTAIRE CI-DESSOUS A ÉTÉ ÉGALEMENT PUBLIÉ HIER PAR DANI  sur son propre blog:


http://leschatsdubocage.eklablog.com/


Maintenant il est sur fond mauve comme mes réponses, car je n'ai pas trouvé d'autre moyen pour le rendre un peu moins " envahissant ". 


***********************************************


J'écris ce commentaire surtout pour tous mes visiteurs, dont toi. Sachez que je respecte les idées de chacun, mais moi j'ai les miennes,voilà : je n'aime pas la corrida !Heureusement on ne
m'a jamais emmenée en voir une quand j'étais jeune !Car comme tu le sais Françoise, je suis du sud de la France, et pas très loin de l'Espagne. Beaucoup aiment dans le sud.Ma foi, en leur âme et conscience, c'est tout.      


Bonne journée à tous ! Dani


**********************************************



Dani et ses chats 16/11/2012 13:27


Françoise, le commentaire qui va suivre est une réponse à ton commentaire que j'ai mise sur mon blog  


Cela tombe très bien je trouve, tu vas voir comme ça MA façon de fonctionner    qui n'engage que moi. Je
respecte la façon de fonctionner des autres blogueurs(es).


Je t'ai répondu surtout pour le fait que tu trouves que mon article n'est pas très commenté, tu vas voir pourquoi....


Je reviens lire tes articles juste après.


Bises. Dani


 

Françoise Andersen 17/11/2012 10:06



Je ne suis pas très douée pour la technique, mais j'ai quand même réussi à publier ton commentaire d'une manière plus discrète  :))


Les images ont disparu, mais j'espère que cela ne fait rien, puisque les gens peuvent voir l'original de ton commentaire sur ton propre blog 



Lilwenna 15/11/2012 23:21


je viens de lire tes 3 épisodes. j'ai hâte de connaitre la suite !

Françoise Andersen 16/11/2012 09:45



Je suis vraiment flattée de t'avoir intéressée au point que tu lises les 3 textes d'un coup. J'aime bien amuser les gens. C'est mon côté clown. Et dire qu'à 15 ou 16 ans, je voulais devenir
tragédienne. Mais avec ma grosse bouille et mon léger surpoids de l'époque, je me suis dit que je n'avais pas le physique de l'emploi. J'ai donc préféré faire rire ou sourire les gens.