Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le reflet dans la vitre

Publié le par Françoise Andersen

 

Il y a quelques années, il arrivait assez fréquemment que des petits oiseaux se cognent contre la vitre de la cuisine, en venant manger et boire sur la terrasse de notre petite maison danoise. En général, ils s’en sortaient bien. Soit ils repartaient immédiatement en sens inverse. Soit dans le pire des cas, ils restaient quelques secondes par terre un peu groggy. Puis ils se secouaient comme pour se remettre les idées en place, et ils reprenaient leur envol. Mais il y avait déjà eu un accident mortel. C’est pourquoi, en entendant tout à coup un bruit plus fort que d’habitude, je me suis précipitée dehors, pleine d’appréhension.

 

Je ne comprenais pas ces vols quasi suicidaires étant donné que, de l’extérieur, on voyait bien tous les meubles de la pièce à travers la vitre. Même si celle-ci était invisible pour les oiseaux, il n’y avait aucune raison pour qu’ils essaient d’entrer dans la maison. Et bizarrement, le choc se produisait presque toujours dans la partie basse, au niveau du petit meuble blanc à tiroirs.


                   

 

Mon coeur battait donc très fort quand j’ai ouvert la porte de la terrasse. Je n’osais presque pas regarder par terre. Quand j’ai enfin baissé les yeux, j’ai vu une petite mésange bleue qui gisait sur le dos, les pattes en l’air et les yeux clos. J’ai d’abord cru qu’elle était morte, mais quand je me suis baissée vers elle, j’ai eu l’impression que sa poitrine se soulevait. Mais je ne savais pas comment la réanimer. Je ne pouvais pas lui faire du "bouche à bec" !

 

Je me suis alors rappelée qu’une amie m’avait dit un jour que sa perruche s’était envolée de sa cage et avait violemment heurté le mur. Elle lui avait fait reprendre connaissance en lui mettant une goutte d’alcool dans le bec. Trouvant l’alcool trop fort pour un bébé oiseau, j’ai mélangé quelques gouttes de cognac avec de l’eau. J’ai mis ensuite délicatement la petite mésange dans ma main gauche, dans la position où je l’avais trouvée. J’ai glissé quelques gouttes du liquide alcoolisé dans son bec et l’effet a été presque immédiat. Elle a ouvert un oeil, puis l’autre. Puis elle a battu des ailes et s’est remise sur ses pattes, dans le creux de ma main. Un vrai miracle ! Elle ne semblait pas effrayée et me regardait calmement. Les oisillons sont beaucoup moins sauvages que leurs parents. On dirait qu’ils ne savent pas encore que le monde peut être très hostile. Ils ont le même regard confiant que les petits enfants.

 

J’ai décidé de garder cet oisillon en observation, car il me semblait trop faible pour être abandonné dans la nature. Il aurait en effet pu être attaqué par un de ces petits rapaces qui tournoient souvent dans le ciel, au-dessus du jardin. Leur regard est très perçant et ils peuvent fondre sur leur proie à une vitesse vertigineuse. Et puis à cause de mon traitement, son taux d’alcoolémie devait être trop élevé pour lui permettre de voler en toute sécurité ! J’ai donc décidé de le garder à l’intérieur, devant la porte ouverte, jusqu’à ce qu’il soit complètement rétabli. Ses griffes glissaient sur le parquet, alors je suis allée chercher une feuille de papier de verre. C’est ce qu’on met au fond des cages. J’ai déposé l’oisillon dessus avec précaution. Ses pattes étaient encore flageolantes et il clignait des yeux comme s’il était sur le point de s’endormir. C’était probablement l’effet de l’alcool. Je comptais essayer de lui donner la becquée quand il aurait repris des forces. Mais peu après, je l’ai vu tout à coup battre des ailes. Avant que j’aie eu le temps de réagir, il s’était déjà envolé vers les arbres. J’ai été heureuse qu’il soit indemne, mais en même temps un peu triste qu’il soit déjà parti. Il faut dire que je m’attache facilement...

 

Quand, un peu plus tard, des petites mésanges sont venues grignoter dans la mangeoire, je me suis dit que "la mienne" était peut-être parmi elles. J’ai regretté de ne pas avoir eu l’idée de lui avoir mis quelque chose à la patte, afin de pouvoir ensuite la reconnaître.

 

Mais le mystère restait toutefois entier. Pourquoi des d’oiseaux essayaient-ils d’entrer dans la maison ? J’ai découvert un jour, par hasard, la clé du mystère : l’après-midi, quand il y avait du soleil et sous un certain angle, la vitre devenait presque un miroir. A la place du petit meuble blanc, on voyait distinctement le reflet de la mangeoire, vers laquelle ils se précipitaient donc.


                 

 

Depuis que j’ai éloigné la mangeoire et la coupelle de la terrasse et que j'ai  suspendu, devant la vitre, un mobile représentant un gros oiseau, il n'y a plus eu aucun accident.

Publié dans OISEAUX

Partager cet article

Repost 0

LE CHIEN OBÉISSANT

Publié le par Françoise Andersen

Nous venions de pique-niquer en montagne. Avant de partir, mon fils s’était amusé à grimper en direction d’un chalet qui était au-dessus de nous.

 

                                                 563


Tout à coup, je le vois dévaler la pente à toute vitesse. Il avait à ses trousses un chien furieux. Il avait beau courir aussi vite qu’il le pouvait, le chien était en train de le rattraper.

 

                               069chiens-copie-1

 

Je sentais que celui-ci allait bientôt planter ses crocs dans les fesses rebondies de mon petit chérubin. Ayant entendu dire qu’il ne fallait pas courir, que cela excitait les chiens, j’ai hurlé "STOP" pour que mon fils s’arrête. Mon ordre impérieux a eu un effet vraiment inattendu : mon fils, qui n’était pas très obéissant de nature, a continué sa course. En revanche, le chien a "freiné" brutalement. Comme la pente était très abrupte, en essayant de s’arrêter net, il s’est immobilisé, la tête en arrière et les pattes de devant toutes raides. S’il avait été une voiture, on aurait entendu crisser les pneus ! Après m’avoir lancé un regard où se mêlaient la crainte et le respect, il est remonté rapidement en direction du chalet.


Publié dans CHIENS

Partager cet article

Repost 0

L'ARAIGNÉE BLANCHE

Publié le par Françoise Andersen


Quand j’habitais en ville, j’avais très peur des araignées. Dès que j’en voyais une, je paniquais. Mais quand nous avons commencé à vivre à la campagne, je me suis peu à peu habituée à ces bestioles parfaitement inoffensives. J’ai même chaque année une grosse araignée noire qui travaille pour moi bénévolement dans la maison. Elle habite dans un recoin, près du plafond, et je me garde bien de l’en déloger. En effet, quand une énorme mouche entre dans la pièce et que je n’arrive pas à la chasser, j’abandonne car je sais que je ne vais pas tarder à entendre une sorte de bourdonnement continu, que j’ai appris à reconnaître. 

C’est la mouche, que l’araignée a attrapée et qui essaie en vain de se libérer. Les araignées et moi, nous nous entendons donc maintenant très bien.

Mais un jour, le long du mur de la terrasse, j’en ai vu une qui ne m’a pas semblé très sympathique. Son dos ressemblait à une grosse tête avec deux petits yeux jaunes et ses pattes étaient très velues. Je me suis dit que je n’aimerais pas l’avoir comme locataire. L’idée qu’elle puisse me grimper dessus la nuit, pendant mon sommeil, me donnait la chair de poule. Mais comme elle était dehors et qu’elle était en train de tisser une magnifique toile d’une régularité étonnante, je me suis contentée de la photographier.

Je ne pensais pas que nos destins allaient bientôt à nouveau se croiser.

Quelques jours plus tard, je venais de finir de repeindre la partie blanche de la façade, mais il me manquait encore les deux petites fenêtres du haut.

Avant de me mettre au travail, j’avais pris un balai pour enlever les toiles d’araignées qui étaient sous le toit et chasser leurs propriétaires, avec précaution et sans leur faire de mal, mais j’en avais apparemment oublié une. En effet, en peignant, j’ai senti quelque chose qui tombait soudain sur ma main gauche. J’ai eu le temps de m’apercevoir, avec effroi, que c’était l’araignée marron que j’avais prise en photo. J’ai eu immédiatement le réflexe de la chasser d’un large mouvement de la main droite, l’envoyant valser très loin, sur la pelouse. Comme je n’étais liée à elle par aucun lien affectif, et qu’elle m’inspirait même une certaine répulsion (pour ne pas dire une répulsion certaine), j’ai repris mon travail, sans plus m’en soucier.

Mais quelle ne fut pas ma surprise, le lendemain, de découvrir, à gauche de la porte, l’araignée qui était revenue. Elle était à moitié blanche. Quand j’avais fait ce grand geste pour m’en débarrasser, c’est le pinceau plein de peinture, que je tenais à la main, qui l’avait touchée.

Elle semblait beaucoup moins en forme que le jour de la photo, mais elle s’était remise au travail. Toutefois l’irrégularité de sa nouvelle toile laissait craindre qu’elle n’ait subi un léger traumatisme crânien, lors du choc avec le pinceau !

 

©  Françoise Andersen

Cette histoire a déjà été publiée, il y a quelques années, sur le site de l'école de Martigny

(Suisse)            



Publié dans ANIMAUX DIVERS

Partager cet article

Repost 0

LA COCCINELLE INSECTICIDE

Publié le par Françoise Andersen


Sur l’une de mes plantes vertes, j’ai découvert un jour de microscopiques taches blanches qui se sont avérées être des pucerons. Étant donné que je suis contre l’usage des pesticides, j’arrive en général à m’en débarrasser grâce à une recette de grand-mère : je vaporise les fleurs avec de l’eau dans laquelle j’ajoute un peu de savon de Marseille. Mais parfois cela ne suffit pas. A l’extérieur, des coccinelles viennent souvent me prêter main forte. Elles sont aussi efficaces que les produits chimiques, car elles mangent les pucerons. Malheureusement, il y avait peu de chance qu’une coccinelle entre dans l’appartement. Je sais qu’on peut maintenant acheter des oeufs de coccinelle comme insecticide biologique, mais je n’avais pas besoin de toute une armée de coccinelles. Une seule me suffisait.

Je me suis dit que grâce à ce printemps si précoce, j’en trouverai bientôt une sur le balcon. Il me suffirait alors de la prendre et de la mettre sur la plante verte. Mais je voyais des abeilles et des bourdons butiner les primevères et les jonquilles, alors qu’il n’y avait pas l’ombre d’une coccinelle.Heureusement, le hasard a bien fait les choses. Je m’apprêtais à descendre de la voiture, après une randonnée en montagne, quand j’ai vu, sur la vitre, une coccinelle qui faisait des efforts désespérés pour essayer de sortir. C’était comme si un bon génie avait exaucé mon voeu en enfermant cet insecte dans ma voiture. J’ai essayé en vain de la faire passer sur mon doigt. Elle semblait très stressée et allait dans tous les sens. Mais j’ai fait preuve de patience et j’ai fini par réussir à la faire grimper sur ma main. Il restait encore à la monter au troisième étage. Les gens qui m’ont vue marcher, en la faisant passer d’une main sur l’autre, ont dû croire que j’étais retombée en enfance. Il y avait eu un premier miracle : la coccinelle trouvée dans la voiture. Il y en a eu un deuxième : je suis arrivée jusqu’à l’appartement sans qu’elle s’envole et j’ai pu la déposer avec précaution sur la plante.

Le lendemain, j’ai été agréablement surprise : il restait encore quelques pucerons ici et là, mais mon ouvrière bénévole avait vraiment fait du bon travail. Malheureusement elle avait disparu. Quelques heures plus tard, je l’ai retrouvée dans la cuisine. Je l’ai immédiatement remise au travail et ma plante a été débarrassée de tous ses parasites. Peu après, comme je ne la voyais plus, j’ai pensé que n’ayant plus rien à se mettre sous la dent - si je puis dire - elle s’était envolée.

J’ai donc été très surprise de la découvrir, quelques jours plus tard, cachée sous une feuille.

Je comprends maintenant pourquoi les pucerons ne sont pas revenus. C’est en effet ce qui se passe souvent quand on croit en être débarrassé. Avec cette coccinelle qui a décidé de rester chez moi, j’ai la chance de bénéficier d’un traitement en continu.

 

 

©  Françoise Andersen

Cette histoire a déjà été publiée, il y a quelques années, sur le site de l'école de Martigny

(Suisse)            http://zwook.ecolevs.ch/martigny/zwook/enfants/histoiresvraies

 

Publié dans INSECTES

Partager cet article

Repost 0

Une grenouille sous la douche

Publié le par Françoise Andersen

 

J’étais devant le lavabo en train de me mettre de la crème solaire sur le visage, quand il m’a semblé apercevoir une sorte de gros caillou sur le carrelage près du rideau de douche. Je dis ”il m’a semblé” car quand je n’ai pas mes lunettes je n’y vois pas grand chose. J’ai eu soudain l’impression que le”caillou” bougeait Intriguée j’ai mis mes lunettes pour aller voir ça de plus près. Je me suis alors aperçue qu’il s’agissait d’une petite grenouille. C’était pendant la canicule de 2003. Elle avait dû sentir la proximité d’un endroit humide et elle était apparemment entrée par la porte. Attirée par l’eau, elle avait sauté dans le coin douche.

Je ne pouvais pas la laisser là. Alors j’ai mis sur elle un récipient en plastique transparent. Elle semblait tétanisée par la peur. Ensuite, avec d’infinies précautions, j’ai glissé un carton sous elle. J’ai transporté le tout dans le jardin dans un endroit ombragé et je l’ai libérée. Elle restait parfaitement immobile et on ne la voyait presque pas dans l’herbe.
 

                                  

 
Je suis allée chercher une vasque  remplie d’eau et je l’ai mise devant elle. Elle n’a pas tardé à y entrer. Mon sauvetage de grenouille avait réussi.

Publié dans ANIMAUX DIVERS

Partager cet article

Repost 0

Mon petit lapin nain blanc aux yeux bleus

Publié le par Françoise Andersen

Le dernier animal de compagnie que nous avons eu était un lapin nain tout blanc aux yeux bleus. C’est très rare car, d’habitude, les lapins blancs sont des albinos et ils ont les yeux rouges.

 

 

                                    marie43220090808180026-copie-1.jpeg

                     

 Ce petit lapin se comportait absolument comme un chat. Il avait sa caisse dans un renfoncement dans l’entrée. Il était très propre et faisait toujours ses besoins dans le même coin. Jamais il n’a sali l’appartement. La nuit, une petite barrière l’empêchait de se déplacer dans l’appartement mais, dans la journée, il était en liberté. Il n’avait toutefois le droit de gambader que dans l’entrée et la chambre des enfants. Je lui avais appris que l’accès aux autres pièces lui était interdit. Je le grondais, s’il faisait mine de désobéir.

 

Parfois il pensait que je ne le voyais pas, alors que je le surveillais du coin de l’œil. Ne se croyant pas observé, il mettait une patte sur le seuil et attendait, en me regardant. Ne voyant pas de réaction, il mettait l'autre et s’apprêtait à prendre son élan. Mais un « non » catégorique suffisait à lui faire rebrousser chemin.

 

Tous les matins, j’ouvrais la petite barrière et mon fils, qui était encore au lit l’appelait. Il sautait sur le lit et allait se blottir contre lui, pour se faire caresser. Malheureusement, à un an seulement, il a eu un cancer et il a fallu le faire euthanasier, pour abréger ses souffrances. C’est moi qui ai eu la pénible tâche de l’amener chez la vétérinaire.

 

Je l’avais bien emmitouflé dans un vieux pull et le tenais contre moi, tandis que les larmes coulaient sur mes joues. Dans la salle d’attente, des gens avec leur chien me jetaient des regards en coin. J’avais honte et essayais de me répéter: « Ce n’est qu’un lapin, ce n'est qu'un lapin », mais je continuais malgré tout à pleurer, parce que ce n’était pas juste « un » lapin, mais « MON » lapin.

Publié dans ANIMAUX DIVERS

Partager cet article

Repost 0

Le hérisson affectueux mais exigeant

Publié le par Françoise Andersen

L’été dernier, nos voisins d’en face recevaient chaque soir la visite d’un hérisson. Je le connaissais de vue, si je puis dire, car quand nous faisions notre promenade du soir, je le voyais parfois sortir des champs et traverser la rue pour aller se nourrir chez eux.

Comme beaucoup de Danois, nos voisins passent juste trois mois dans leur “maison d’été” comme on dit en danois, et retournent, en septembre, vivre dans leur résidence principale. Mais nous restons plus longtemps. Ce hérisson, qui était devenu un Sans Domicile Fixe, avait dû se dire que puisque tant d’animaux venaient se nourrir chez moi, pourquoi pas lui. Je l’ai donc trouvé un soir sur la terrasse. Je savais que mes voisins lui donnaient du lait, alors j’en ai mis dans une coupelle que j’ai déposée devant lui.

 

Il n’a pas tardé à le laper avidement. J’ai entendu dire que ce n’est pas bon pour l’intestin des hérissons, qu’il faut juste leur donner de l’eau, mais les gens qui disent ça ne leur ont pas demandé leur avis. Ils préfèrent en effet le lait et ils le supportent très bien. Quand j’habitais la banlieue de Copenhague, j’en ai même eu qui adoraient le yaourt aux fraises.

 

Ce hérisson a donc pris l’habitude de venir boire son lait le soir ou plus souvent la nuit. Je pense qu’il ramenait des copains avec lui car, le matin, j’étais obligée de ramasser plein de petits cacas noirs, qui ne pouvaient pas tous provenir de lui.


Un soir, j’entends tout à coup une sorte de “toc toc” sur la terrasse. Je vais voir d’où ça vient et je vois mon hérisson qui tenait la petite coupe en plastique dans sa gueule et qui la cognait contre le sol, comme s’il était très mécontent qu’elle soit vide. C’était apparemment sa façon d’attirer mon attention. Quand je suis arrivée avec ma bouteille de lait, il a levé son nez vers moi et est resté là à attendre. J’ai versé le lait et je lui ai éclaboussé le museau, mais ça n’a pas du tout eu l’air de le gêner. Dès que la coupe a été pleine, il s’est mis à boire.

 

Il semblait vraiment apprivoisé. J’ai voulu savoir à quel point. Je me suis donc accroupie devant lui et j’ai avancé tout doucement ma main. Bien repu, il ne bougeait pas. Je pensais qu’il allait finir par fuir, mais il m’observait calmement. Je l’ai caressé doucement sous le cou. Il semblait vraiment apprécier ça. J’étais étonnée qu’un hérisson soit si doux en-dessous. Quand j’ai raconté la scène le lendemain à une amie, elle m’a dit : « Mais il ne faut pas s’approcher, ils sont plein de puces ! ». Apparemment, c’était des puces à hérissons que je n’intéressais pas. Mais j’ai quand même préféré être prudente et je ne l’ai plus touché. Mais j’ai continué à le nourrir et il a continué à râler, en cognant sa coupe pour réclamer son lait, chaque fois que je l’avais oublié.

 

 

Publié dans ANIMAUX DIVERS

Partager cet article

Repost 0

Le vacher motorisé

Publié le par Françoise Andersen

Cet après-midi, nous roulions sur une petite route de montagne, quand nous nous sommes tout à coup trouvés nez à nez (je devrais plutôt dire "capot à museau") avec une vache toute noire, qui nous regardait d'un sale oeil. Je n'étais même pas sûre que ce soit une vache et non pas un jeune taureau car, de ma place, je ne pouvais pas voir en dessous. Je vous laisse juge. Je m'aperçois en tout cas que je l'ai photographié(e) en même temps que la vache blanche et marron qui était juste derrière, ce qui donne une longue vache tricolore à 6 pattes ! Mais au fait pourquoi je n'en compte que 6 ? Il devrait y en avoir 8 ! Je vous assure que ce n'est pas un trucage. La photo est telle que je l'ai prise. Bizarre....

 

 

                            DSCN9786-copie-1.JPG

 

 

Nous connaissons ce troupeau, qui nous a fait poireauter, avant-hier, pendant ce qui nous a semblé une éternité, car l'étable est plus bas à environ 500 m de la prairie où il passe la journée. C'est un gros troupeau. Mon mari pense qu'il y a une cinquantaine de bêtes, moi une bonne centaine. C'est un peu comme les chiffres qui diffèrent, suivant que ce sont ceux de la police ou des syndicats ! Mais j'ai toujours eu une (légère) tendance méridionale à l'exagération. Le temps qu'elles soient toutes rentrées, les automobilistes sont obligés de prendre leur mal en patience.

 

Jusqu'à l'an dernier le fermier menait le troupeau avec ses deux enfants,  qui l'aidaient à obliger les vaches à ne pas prendre trop de place, ce qui fait qu'on pouvait les dépasser. Mais avant-hier, nous nous sommes aperçus qu'elles étaient seules.  Le fermier n'était ni en tête, ni derrière. Peut-être qu'il avait oublié l'heure. Je vous assure qu'elles rentraient toutes seules chez elles, sentant l'heure de la traite venue et ceci en faisant fi des règles les plus élémentaires du code de la route.

 

Il était 16h30 la dernière fois et nous pensions que nous ne risquions rien à prendre cette route aujourd'hui, à 15h30. Mais c'est à croire que ces vaches nous voient arriver de loin et qu'elles ont décidé de nous embêter. Peut-être que ce sont de vraies vaches savoyardes, qui considèrent même les habitants du village voisin comme des étrangers. Les Savoyards sont en effet assez spéciaux. Un jour mon oncle qui habitait depuis 25 ans dans un lieu-dit, à UN km du village, entame la conversation avec un vieux qui lui dit: "Vous n'êtes pas d'ici, vous". Mon oncle proteste et dit où il habite. Sur quoi le vieux dit: "Oui, c'est bien ce que je disais".

 

Pour en revenir non pas à nos moutons, mais à nos vaches, c'est qu'elles prennent leur temps. Certaines en profitent même pour brouter la belle herbe bien verte des bas côtés.

 

 

       DSCN9788

 

 

Mon mari bouillait. En bon Danois, il aime qu'il y ait des règles et qu'elles soient respectées. Il m'a dit: " Ca doit être interdit de laisser son troupeau seul sur la route" . Je lui ai promis de me renseigner sur la vagabondage de vaches sur la voie publique en zone rurale.  :))

 

Cinq ou dix  minutes plus tard (je ne saurai vous dire car, quand mon mari stresse, je stresse aussi et le temps s'écoule alors pour moi d'une autre manière), on a vu une voiture qui semblait ne  pas pouvoir passer non plus. Mais en fait c'était le fermier.

 

 

       DSCN9789-copie-1.JPG

 

Il est allé dire aux gourmandes qu'elles devaient suivre les autres. il ne nous a même pas dit bonjour. Pas un mot d'excuse. Il avait l'air aussi méchant que le  (ou la)  noiraud(e). Il semblait presque nous en vouloir d'être là. C'est un comble !

 

       DSCN9791.JPG

 

Mon mari, qui n'est pas très patient, n'a pas attendu que le fermier retourne à sa voiture. Comme sa portière était restée ouverte, on a failli basculer dans le petit fossé pour le croiser. Je n'ai pas compris son énervement: nous n'étions pas pressés et je préfère être entourée par des vaches plutôt que par des voitures d'où s'échappent des gaz d'échappement très nocifs pour moi. Vous me direz que les vaches ont aussi un "pot d'échappement" qui dégage du méthane. Mais je préfère quand même une pollution naturelle. 

Publié dans VACHES

Partager cet article

Repost 0

LES BOIS DU GRAND CERF

Publié le par Françoise Andersen

Au Nord de Copenhague, dans le Parc aux cerfs, vivent plus de 4500 cervidés. Cet espace est entièrement clôturé, mais étant donné son immense superficie (1200 hectares de bois et de prairies), on a l'impression qu'ils sont en totale liberté.  

Si on est un habitué, on connaît les endroits où les trouver. En s’approchant doucement et en restant à une certaine distance, on peut les admirer et les photographier. C’est ce que font chaque année, surtout à l’époque du brame du cerf, beaucoup de photographes animaliers, qui viennent de tous les pays, car ce parc est renommé.

Nous n’avions pas encore atteint l’endroit où nous savions qu’il y avait des hordes, quand mon fils m’a chuchoté tout à coup, en pointant son doigt vers la droite : « Regarde, maman ». J’ai aperçu alors au loin, en partie dissimulée dans l’herbe qui était très haute à cet endroit, une magnifique paire de bois. Les cerfs les perdent chaque année en février ou mars, mais ils repoussent quelques mois plus tard, prenant de l’ampleur d’année en année. Mon fils m’a suppliée : « Viens, on va les chercher. Je voudrais les montrer à l’école ». Je ne savais pas si c’était permis. J’ai appris par la suite que c’est interdit, car ils sont vendus chaque année au profit de l’État danois. Leur prix peut varier d’environ 20 francs suisses, pour les tout petits, à plus de 400 pour les grands. Mais ne le sachant pas à l’époque, j’ai fini par céder aux supplications de mon fils. Nous nous sommes donc avancés vers notre butin, en nous disant que nous avions une chance inouïe d’avoir trouvé une si belle pièce. Mon fils était fou de joie.

Mais soudain il y a eu un léger remous dans les hautes herbes. Les bois se sont soulevés très, très lentement. Nous avons vite rebroussé chemin, quand nous nous sommes aperçus que, sous l’imposante ramure, il y avait la tête (et tout ce qui va avec) d’un énorme cerf qui semblait fort mécontent. Nous l’avions dérangé alors qu’il devait être en train de se reposer sur le sol, dissimulé par la végétation. Une fois debout sur ses pattes, il avait une taille impressionnante. Il n’avait pas encore perdu ses bois.... et nous n’avons donc pas pu les rapporter à la maison !

Publié dans ANIMAUX DIVERS

Partager cet article

Repost 0

Le hamster aventurier

Publié le par Françoise Andersen

 


Quand il était petit, mon fils avait un hamster qui s’appelait Rikiki. Il se sauvait toujours de sa cage (pas mon fils, le hamster !). Les barreaux étaient pourtant très rapprochés (environ 1 cm), mais il arrivait quand même à se glisser entre.

 

                               z57906411_1.jpeg

 

Il fallait vraiment le voir pour le croire ! Il se tortillait comme une anguille et, centimètre par centimètre, finissait par se libérer.

 

Un jour, je venais de mettre du linge dans la machine à laver, quand mon fils m'a appelée pour que je l'aide à retrouver Rikiki. Mais malgré tous nos efforts, il restait introuvable. Nous avions pourtant bien cherché parmi les jouets qui se trouvaient dans le tiroir, sous son lit. C'est là qu'il se cachait en général.

 

Comme le hamster n’était apparemment pas dans sa chambre, nous avons fouillé tout l’appartement, mais en vain. Je l'ai consolé en lui disant que Rikiki dormait sûrement, caché sous un meuble, et qu’il allait revenir tout seul.


Comme c’était le jour de lessive, j’ai rassemblé tout le linge sale et je l’ai mis dans la machine à laver. Je l’ai programmée pour un lavage à 40 degrés avec essorage. Mais au moment d’appuyer sur le bouton, j’ai eu tout à coup comme un pressentiment. Peut-être que Rikiki s’était caché dans le linge ? Je l’ai donc vite sorti de la machine et... j’ai vu une chaussette qui faisait des soubresauts par terre. On aurait dit qu’elle dansait le rock’n roll, comme dans les dessins animés, quand les objets prennent vie.

 

J’ai vite attrapé cette chaussette magique et... Rikiki était à l’intérieur. Il n’avait pas du tout l’air d’apprécier cette cachette car il ne pouvait pas en sortir. Cette fois-ci, quand je l’ai attrapé pour le sortir de cette situation très inconfortable, il me m’a pas mordue. J’ai même eu l’impression qu’il me lançait un coup d’œil plein de reconnaissance !

 

                                             comment

 

Il l’a échappé belle ! Je pense qu’il a eu très peur et que cela lui a servi de leçon, car il ne s’est plus jamais sauvé.

Publié dans ANIMAUX DIVERS

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>