MES CANARDS - FIN - (2:2) Les retrouvailles

Publié le par Françoise Andersen

 

Je suppose que vous vous souvenez de mes canards sauvages ? Je les ai rencontrés l’année suivante. Je me promenais dans le quartier, quand j’ai tout à coup entendu des "RAP RAP" véhéments ("coin coin" en langage canard danois).


J’ai alors aperçu une cane perchée sur le toit d’un auvent. Elle tendait le cou dans ma direction, comme si ses cris m’étaient adressés. Je me suis arrêtée. Elle s’est alors tournée vers le mâle qui semblait sommeiller à côté d’elle, et l’a réveillé par cinq ou six "rap rap" véhéments.

 

Le mâle a d’abord eu l’air éberlué de quelqu’un qu’on réveille en plein milieu d’une bonne sieste, puis il a tourné également le cou de mon côté, et s’est joint à sa femelle.

 

                                              photo_9046196_canard-colvert-singing.jpeg

 

Ce n’est qu’en plein milieu de ce concert qu’une idée m’est venue. Et si c’étaient "mes" canards", et s’ils m’avaient reconnue ? Pourquoi pas ? La chienne d’une de mes amies m’a bien reconnue après quatre ans passés au USA !

 

J’étais de plus en plus sûre que c’étaient « mes » canards. Ils semblaient avoir trouvé à nouveau le gîte et le couvert. En voyant que la femelle avait l’air de couver, je me suis dit que je pourrais peut-être bientôt terminer mon histoire ainsi : "Ils furent heureux et eurent beaucoup de canetons".

 

                                             photo_15423954_profil-d-39-un-canard-colvert-femelle-se-re.jpeg


Je ne m’étais pas trompée, car l’histoire a eu une fin heureuse quelques semaines plus tard. Mais elle a bien failli se terminer tragiquement. Nous passions en voiture devant l’endroit où j’avais vu la cane qui couvait quand, tout à coup, mon mari a freiné très brutalement, sans que je sache pourquoi. J’ai vite compris en voyant la cane traverser la rue juste devant notre capot suivie de 5 ou 6 canetons.

 

Imaginez ce qui aurait pu arriver, s’il n’avait pas réagi à temps ! Le dernier caneton a eu beaucoup de mal à monter sur le trottoir, mais il y est finalement parvenu. Tout ce petit monde s’est dirigé vers la parc voisin, où les bébés canards allaient pouvoir connaître, pour la première fois, les joies de la baignade dans le petit lac.

 

                   photo_11833608_canard-des-marais.jpeg        photo_9586106_canard-avec-peu-de-canetons-copie-2.jpeg                                                        

 

Dans les années 60, en pleine ville de Copenhague, avant que les voitures n’envahissent trop les rues, on pouvait parfois voir, au printemps, des canes avec leurs canetons traverser la rue, aidés par un policier. C’était même devenu l’emblème de la ville. Dans les offices de tourisme, on voyait une affiche avec un dessin représentant un policier faisant traverser une famille de canards. Elle portait l’inscription :

                                       

                                        WONDERFUL COPENHAGEN 

 

                                         cancop.jpeg

 

C’est encore une ville merveilleuse, mais elle l’était encore plus autrefois.

 

Publié dans OISEAUX, CANARD

Commenter cet article