Les voleurs d'ampoules

Publié le par Françoise Andersen

 

Avant-hier, je vous avais promis de vous expliquer pourquoi le haut des lampes qui éclairent la montée vers les ruines des Allinges était entouré d'un affreux ruban adhésif orange. Voici la triste explication, qui est à peine croyable.

 

                                               P1060872.jpg

 

 

Remontons d'abord un an en arrière. Toutes les lampes, qui se succèdent tous les 50 mètres environ jusqu'au monastère étaient, comme celle qu'on voit à droite sur la photo, assez discrètes. 

 

 

 

      PICT4609

 

Mais un jour nous avons constaté que la protection en verre de l'une d'elles avait été brisée. Nous avons d'abord cru que c'était arrivé par accident, mais nous avons commencé à nous poser des questions quand nous avons vu que l'ampoule avait disparu. Celles-ci sont chères depuis qu'on est passé aux ampoules basse consommation et apparemment quelqu'un s'était servi gratuitement. 

 

L'ampoule et la protection ont été rapidement remplacées par la commune d'Allinges et nous pensions qu'il s'était agi d'un acte isolé. Mais quand nous sommes rentrés du Danemark, notre regard a tout de suite été attiré par toutes ces taches orange qui défiguraient le paysage. Toutes les protections arrondies en verre avaient disparu et elles avaient été remplacées par du ruban adhésif. Il aurait été préférable que celui-ci soit transparent, mais c'est peut-être exprès, pour faire honte au /aux voleur(s).

 

Quelqu'un de curieux l'avait enlevé en partie sur une lampe et on a pu voir que l'ampoule avait disparu. Il en était apparement de même pour toutes les lampes (une huitaine). Le ruban adhésif avait donc été mis soit pas mesure de sécurité soit pour protéger la lampe des intempéries. 

 

Il ne me reste qu'à attendre que la commune d'Allinges fasse la réparation pour que je puisse enfin retrouver "mon" paysage intact.

 

Mais peut-être qu'ils ont déjà procédé à des réparations pendant que nous étions au Danemark et qu'ils ont abandonné parce que les ampoules continuaient à disparaître. En effet la première réparation n'avait servi à rien. 

 

                                      DSCN9754.JPG    


 

On s'imagine toujours les vols et les actes de vandalismes comme un phénomène urbain, mais maintenant même la campagne n'est pas épargnée. C'est affligeant.  

  

A suivre                          Prochain épisode: Les voleurs de pierres

Commenter cet article

covix 25/11/2012 23:38


Malheureusement... c'st la bêtise humaine...pour ne pas dire autre chose.


@mitié

Françoise Andersen 26/11/2012 10:41



Je me permets de citer Einstein:





 





Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais,
en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."





Albert
Einstein












Josiane 25/11/2012 22:34


Malheureusement Les incivilités se produisent partout et cela devient décourageant!


Ici c'est ce que l'on appelle un petit patelin,  en haut du lotissement il y a un assez grand pré sur lequel la mairie a fait construire un espace jeux pour les touts petits. Il leur a fallu
le clôturer 7 mois après  et que les mamans récupèrent la clé du portail à la mairie . Déjà il y a eu des
grincements et là, il y a 3 mois, clôture arrachée , balançoire sciée au pied, l'horreur!!! Et qui sont les punis dans cette histoire : les enfants qui ont perdu leur coin de jeux! et la mairie n'a pas très envie de faire des travaux supplémentaires!


Bonne fin de soirée

Françoise Andersen 26/11/2012 10:58


C'est vraiment révoltant et décourageant pour les municipalités !


Dani et ses chats 25/11/2012 22:33


Franchement, je ne crois pas qu'un voleur puisse culpabiliser !


C'est affligeant oui !


Je vois qu'il y a aussi des voleurs de pierres !!!!   


Ils sont fous les gens !


En être réduit à voler des ampoules et des pierres  


Bises. Dani


 

Françoise Andersen 26/11/2012 11:03


Ce soir je vais essayer d'écrire mon article sur "les voleurs de pierres" avec photos à l'appui. Non je n'ai pas photographié les voleurs en flagrant délit, ;)) mais le petit mur abîmé, puis
reconstruit, puis à nouveau abîmé. Un travail de Sisyphe pour la mairie d'Allinges.