"Le jeu de l'amour et du hasard" (1)

Publié le par Françoise Andersen

1ère partie     Comment une affiche peut changer une vie

 

Si j'ai emprunté ce titre à Marivaux,  bien que mon histoire n'ait aucun rapport avec sa pièce, c'est parce que le hasard a joué un très grand rôle dans ma vie.

 

J'étais en deuxième année de licence d'anglais et je voulais devenir professeur. Une amie de ma mère, qui avait un fils qui faisait les mêmes études que moi. trouvait que j'étais un bon parti pour lui. Mon ex future belle-mère avait donc décidé que nous étions faits l'un pour l'autre et elle l'avait dit à ma mère, qui me l'avait répété.  Elle avait un sens pratique très développé et avait tout de suite vu l'intérêt de cette union : comme nous allions enseigner la même matière, son fils pourrait, quand nous serions mariés, corriger non seulement mes copies, mais également les miennes, et préparer nos cours, ce qui me laisserait du temps pour m'occuper de la maison.

 

Je garde de lui l'image d'un garçon brun très timide. Le summun de notre intimité a été d'être parfois assis côte à côte sur le banc d'un amphi de la Sorbonne. Je n'ai même jamais su s'il était au courant des plans de sa mère ou même si je lui plaisais. Dans certaines familles, on en était encore, à la fin des années 50, au temps des mariages plus ou moins arrangés. Sans m'enthousiasmer, cette idée ne me déplaisait pas. 

 

En plus des épreuves écrites et orales d'anglais,  il fallait choisir une option. En général tout le monde prenait " littérature américaine " et je m'apprêtais à faire pareil. Mais un jour, alors que je me rendais à un cours, j'ai vu un colleur d'affiche, qui était en plein travail. Comme je suis curieuse, j'ai voulu voir de quoi il s'agissait. Mais il n'était pas très habile et l'affiche n'arrêtait pas de retomber lamentablement. J'ai failli passer mon chemin (et dans ce cas, je n'aurais certainement jamais mis les pieds au Danemark), mais la curiosité a été la plus forte. Quand il est enfin parvenu à redresser l'affiche et à la coller à grands coups de balai, j'ai vu que  l'Institut d'Études scnadinaves"  informait les étudiants de langues étrangères qu'ils pouvaient passer un certificat de Langues et Littératures scandinaves, qui entrait dans le cadre des options pour la licence.

 

J'ai alors tout de suite eu envie d'étudier le norvégien. En effet j'avais vu des documentaires sur la Norvège et la beauté des paysages et des aurores boréales m'avait donné envie de découvrir ce pays. Je me suis dit que la meilleure manière de le faire serait d'apprendre la langue. J'ai donc noté les heures de permanence du lecteur qui était chargé des inscriptions. Il n'y avait pas beaucoup d'enseignants dans cet institut. Si mes souvenirs sont exacts, il y avait un titulaire de chaire et un lecteur scandinave pour chaque langue. C'était le lecteur danois qui était chargé, pour toutes les langues, des inscriptions, qui avaient lieu à la bibliothèque Ste-Geneviève, Place du Panthéon.

 

Le lendemain en allant m'inscrire, j'étais un peu émue à l'idée que j'allais pour première fois rencontrer un Scandinave.

 

À suivre

 

 

 


Commenter cet article

Dani et ses chats 16/11/2012 13:42


Ah ah ah.....  la suite au prochain article  


On pourrait penser que tu es tombée amoureuse du colleur d'affiches.... ?


Oui ? Non ?  Ou un autre ????  Allez, je cours lire la suite !


 

Alba 14/11/2012 12:05


Mais je n' ai rien dévoilé !!! 


Tu le dis toi-même dans ton article: "En effet j'avais vu des documentaires
sur la Norvège et la beauté des paysages et des aurores boréales m'avait donné envie de découvrir ce pays"


J'ai malencontreusement traduit ton "j' avais vu" par "j' avais lu", c' est tout. 

Françoise Andersen 14/11/2012 12:23



MEA CULPA !! 


Je te prie de m'excuser, Alba. J'ai écrit cette histoire à toute vitesse et je crois qu'il était tard. J'avais décidé de la scinder en plusieurs parties et j'ai changé en cours de route l'endroit
où je comptais mettre "À suivre". Je ne me rappelais pas que j'avais aussi publié ce passage. Il me semblait que je l'avais gardé pour la 2ème partie. Je reconnais que j'aurais dû aller vérifier
avant de te répondre. Je suis vraiment désolée de t'avoir "accusée" à tort



Alba 14/11/2012 09:41


Une affiche, vraiment ?


+ toutes les lectures que tu avais faites avant sur le sujet !


On n' échappe pas à son destin 

Françoise Andersen 14/11/2012 11:13



STP Alba, toi qui connais mon histoire, peux-tu avoir la gentillssesse d'attendre de mettre ton commentaire sur les choses que, toi,  tu connais déjà, au moment où j'en arriverai là.
J'essaie de maintenir un certain suspense et tu risques de tout me saboter ;))  Merci d'avance !


D'ailleurs même si ces lectures ont eu de l'importance, j'en avais fait beaucoup d'autres. Je rêvais par exemple d'aller au Mexiqiue et au Pérou. Je suis seulement allée au Machi Pichu par
procuration, quand mon fils a fait son tour du monde. On peut asusi vivre des choses à travers ses enfants. 


Même si tu n'es pas au Maroc depuis longtemps, ton commentaire sent le "Mektoub" !