Le loup-chien

Publié le par Françoise Andersen

 

Nous étions en vacances au bord du lac Léman, il y a une trentaine d’années. Nous venions de manger des grillades dans un petit restaurant d’Excenevex. Un chien est alors venu quémander des caresses, que je me suis bien sûr empressée de lui accorder. Les bêtes savent instinctivement que je les aime, et elles viennent toujours vers moi.


Avec son museau pointu, ses yeux en amandes et son pelage noir, il me faisait penser au loup du "Petit chaperon rouge".

 

                             photo47469-m.jpeg

 

J’en ai fait la remarque amusée à son propriétaire qui s’est exclamé aussitôt : "Mais c’est un loup ! Enfin... il est moitié chien, moitié loup". 

 

J’ai immédiatement retiré ma main, provoquant chez le "loup-chien" un doux regard de triste reproche et dans ma conscience une auto-accusation d’injustice et de racisme. J’ai donc repris mes caresses, mais plus prudemment.

 

Le propriétaire du restaurant nous a expliqué qu’il y avait une cinquantaine de ces "loups-chiens" en France, * et qu’ils étaient destinés à la garde. On devait les amener au contrôle tous les six mois, afin de s’assurer que l’instinct du loup n’avait pas repris le dessus. Il a continué : "Il a l’air tout doux, comme ça, mais c’est un excellent gardien. Vous voyez mon camion frigorifique pour ma viande, là-bas ? Il y en a pour de l’argent dedans. Essayez de faire mine de vous en approcher, vous allez voir."

Je n’ai jamais vu, car j’ai préféré le croire sur parole !

* Il y a longtemps de cela et j'ignore si cette pratique est encore autorisée

Publié dans CHIENS

Commenter cet article