Le hérisson affectueux mais exigeant

Publié le par Françoise Andersen

L’été dernier, nos voisins d’en face recevaient chaque soir la visite d’un hérisson. Je le connaissais de vue, si je puis dire, car quand nous faisions notre promenade du soir, je le voyais parfois sortir des champs et traverser la rue pour aller se nourrir chez eux.

Comme beaucoup de Danois, nos voisins passent juste trois mois dans leur “maison d’été” comme on dit en danois, et retournent, en septembre, vivre dans leur résidence principale. Mais nous restons plus longtemps. Ce hérisson, qui était devenu un Sans Domicile Fixe, avait dû se dire que puisque tant d’animaux venaient se nourrir chez moi, pourquoi pas lui. Je l’ai donc trouvé un soir sur la terrasse. Je savais que mes voisins lui donnaient du lait, alors j’en ai mis dans une coupelle que j’ai déposée devant lui.

 

Il n’a pas tardé à le laper avidement. J’ai entendu dire que ce n’est pas bon pour l’intestin des hérissons, qu’il faut juste leur donner de l’eau, mais les gens qui disent ça ne leur ont pas demandé leur avis. Ils préfèrent en effet le lait et ils le supportent très bien. Quand j’habitais la banlieue de Copenhague, j’en ai même eu qui adoraient le yaourt aux fraises.

 

Ce hérisson a donc pris l’habitude de venir boire son lait le soir ou plus souvent la nuit. Je pense qu’il ramenait des copains avec lui car, le matin, j’étais obligée de ramasser plein de petits cacas noirs, qui ne pouvaient pas tous provenir de lui.


Un soir, j’entends tout à coup une sorte de “toc toc” sur la terrasse. Je vais voir d’où ça vient et je vois mon hérisson qui tenait la petite coupe en plastique dans sa gueule et qui la cognait contre le sol, comme s’il était très mécontent qu’elle soit vide. C’était apparemment sa façon d’attirer mon attention. Quand je suis arrivée avec ma bouteille de lait, il a levé son nez vers moi et est resté là à attendre. J’ai versé le lait et je lui ai éclaboussé le museau, mais ça n’a pas du tout eu l’air de le gêner. Dès que la coupe a été pleine, il s’est mis à boire.

 

Il semblait vraiment apprivoisé. J’ai voulu savoir à quel point. Je me suis donc accroupie devant lui et j’ai avancé tout doucement ma main. Bien repu, il ne bougeait pas. Je pensais qu’il allait finir par fuir, mais il m’observait calmement. Je l’ai caressé doucement sous le cou. Il semblait vraiment apprécier ça. J’étais étonnée qu’un hérisson soit si doux en-dessous. Quand j’ai raconté la scène le lendemain à une amie, elle m’a dit : « Mais il ne faut pas s’approcher, ils sont plein de puces ! ». Apparemment, c’était des puces à hérissons que je n’intéressais pas. Mais j’ai quand même préféré être prudente et je ne l’ai plus touché. Mais j’ai continué à le nourrir et il a continué à râler, en cognant sa coupe pour réclamer son lait, chaque fois que je l’avais oublié.

 

 

Publié dans ANIMAUX DIVERS

Commenter cet article

bleuet70 30/10/2012 11:53


Bien jolie histoire ,j'ai pu constater aussi et surtout mon chien que les puces sont     légions sur un hérisson !!le pauvre ne pouvant pas se gratter
!!         Moi je lui donnait du jambon et de la boite à chat ! un vorace pas possible ! bonne journnée .

Françoise Andersen 30/10/2012 14:29



Oui j'ai entendu en effet à la télé qu'on devait leur donner de la nourriture pour chat. 


Ils essaient se se gratter, mais je ne crois pas que ça serve à grand chose car ils ne peuvent pas arriver jusqu'à la peau. C'est comme si nous, nous nous grattions la tête alors qu'elle est
pleine de bigoudis  :))