Le chien qui avait perdu son ami

Publié le par Françoise Andersen

Ce jour-là, nous étions allés marcher dans la neige au-dessus du Col du Feu

 

                 DSCN5453.JPG

 

En redescendant, j'ai eu le regard attiré par les allées et venues d’un chien sur le parking, en face de l’auberge. Il semblait chercher quelque chose ou quelqu’un. Quand nous sommes arrivés près de notre voiture, il est venu vers moi et je lui ai trouvé l’air très triste. 

 

                        ancien_chien_d-arret_danois.jpeg

 

Il avait un collier, était très bien entretenu et n’avait rien d’un chien perdu. Je me suis donc dit que ses maîtres étaient sûrement en train de s’équiper avant de partir en randonnée et qu’il trouvait peut-être simplement le temps long. Nous sommes donc rentrés à la maison et je ne me suis plus souciée de ce chien.

 

Quelques jours plus tard, nous sommes revenus au Col du Feu et quelle n’a pas été ma surprise de voir le même chien, qui se comportait exactement comme la dernière fois. Quand je suis sortie de la voiture, il s’est approché et a levé vers moi un regard implorant. J’avais vraiment l’impression qu’il essayait de me dire que je devais l’aider. Mais je ne pouvais rien pour lui et il s’est éloigné en continuant à regarder dans tous les sens. Puis il s’est dirigé vers le sentier qui mène au plateau de Trécout, mais est vite revenu sur le parking.

 

                                                         DSCN9488.JPG

 

Je lui ai proposé : « Tu viens te promener avec nous ? ». Il nous a emboîté le pas, mais dès que nous nous sommes dirigés vers la route de Trés-le-Mont, il a fait demi-tour pour aller se poster sur le bord de la route de Lullin.

 

Nous avions l’habitude, en revenant de randonnée, d’aller boire un bon chocolat chaud au bar de l’auberge. Je me suis dit qu’en questionnant la propriétaire j’allais peut-être avoir une explication au comportement très étrange de ce chien. J’ai donc demandé à la dame : « Est-ce que vous avez remarqué ce grand chien qui a l’air si triste et qui semble chercher quelqu’un ? ».

 

                        DSCN9484.JPG

 

Elle m’a alors raconté son histoire. Une ferme qui se trouvait en contrebas, sur la route de Lullin, avait brûlé. Les fermiers avaient deux chiens qui étaient inséparables, celui-ci et un autre plus petit. Quand l’incendie s’était déclaré, les deux chiens s’étaient enfuis, pris de panique, mais un seul était revenu bien plus tard, seul, par le sentier de Trécout. On n’avait plus jamais revu le petit chien. Peut-être qu’il s’était perdu et était mort de froid dans la montagne, ou bien que quelqu’un l’avait recueilli. On ne le saura jamais. Mais "le chien triste" était inconsolable d’avoir perdu son ami. C’est pourquoi il restait là à l’attendre, espérant qu’un miracle allait se produire et qu’il allait le voir surgir tout à coup, soit du sentier de Trécout, soit de la route de Lullin, où se trouvait la ferme. Peut-être qu’il a fini par accepter la perte de son ami, car nous ne l’avons plus jamais revu sur le parking du Col du Feu.

Publié dans CHIENS

Commenter cet article