LA COCCINELLE INSECTICIDE

Publié le par Françoise Andersen


Sur l’une de mes plantes vertes, j’ai découvert un jour de microscopiques taches blanches qui se sont avérées être des pucerons. Étant donné que je suis contre l’usage des pesticides, j’arrive en général à m’en débarrasser grâce à une recette de grand-mère : je vaporise les fleurs avec de l’eau dans laquelle j’ajoute un peu de savon de Marseille. Mais parfois cela ne suffit pas. A l’extérieur, des coccinelles viennent souvent me prêter main forte. Elles sont aussi efficaces que les produits chimiques, car elles mangent les pucerons. Malheureusement, il y avait peu de chance qu’une coccinelle entre dans l’appartement. Je sais qu’on peut maintenant acheter des oeufs de coccinelle comme insecticide biologique, mais je n’avais pas besoin de toute une armée de coccinelles. Une seule me suffisait.

Je me suis dit que grâce à ce printemps si précoce, j’en trouverai bientôt une sur le balcon. Il me suffirait alors de la prendre et de la mettre sur la plante verte. Mais je voyais des abeilles et des bourdons butiner les primevères et les jonquilles, alors qu’il n’y avait pas l’ombre d’une coccinelle.Heureusement, le hasard a bien fait les choses. Je m’apprêtais à descendre de la voiture, après une randonnée en montagne, quand j’ai vu, sur la vitre, une coccinelle qui faisait des efforts désespérés pour essayer de sortir. C’était comme si un bon génie avait exaucé mon voeu en enfermant cet insecte dans ma voiture. J’ai essayé en vain de la faire passer sur mon doigt. Elle semblait très stressée et allait dans tous les sens. Mais j’ai fait preuve de patience et j’ai fini par réussir à la faire grimper sur ma main. Il restait encore à la monter au troisième étage. Les gens qui m’ont vue marcher, en la faisant passer d’une main sur l’autre, ont dû croire que j’étais retombée en enfance. Il y avait eu un premier miracle : la coccinelle trouvée dans la voiture. Il y en a eu un deuxième : je suis arrivée jusqu’à l’appartement sans qu’elle s’envole et j’ai pu la déposer avec précaution sur la plante.

Le lendemain, j’ai été agréablement surprise : il restait encore quelques pucerons ici et là, mais mon ouvrière bénévole avait vraiment fait du bon travail. Malheureusement elle avait disparu. Quelques heures plus tard, je l’ai retrouvée dans la cuisine. Je l’ai immédiatement remise au travail et ma plante a été débarrassée de tous ses parasites. Peu après, comme je ne la voyais plus, j’ai pensé que n’ayant plus rien à se mettre sous la dent - si je puis dire - elle s’était envolée.

J’ai donc été très surprise de la découvrir, quelques jours plus tard, cachée sous une feuille.

Je comprends maintenant pourquoi les pucerons ne sont pas revenus. C’est en effet ce qui se passe souvent quand on croit en être débarrassé. Avec cette coccinelle qui a décidé de rester chez moi, j’ai la chance de bénéficier d’un traitement en continu.

 

 

©  Françoise Andersen

Cette histoire a déjà été publiée, il y a quelques années, sur le site de l'école de Martigny

(Suisse)            http://zwook.ecolevs.ch/martigny/zwook/enfants/histoiresvraies

 

Publié dans INSECTES

Commenter cet article