Le nid de merle

Publié le par Françoise Andersen

 

Depuis notre mésaventure de l'an dernier avec les gobe-mouches (voir ”Le nid fleuri”

http://histoires.vraies.over-blog.com/article-le-nid-fleuri-91847418.html

mon mari avait décidé d'empêcher toute nouvelle tentative de nidification. Alors quand un merle a commencé à construire son nid dans un renfoncement bien abrité du vent et de la pluie, sur la façade de notre maison danoise, il a décrété qu’il n’était pas question de subir les mêmes inconvénients cette année. Mais j’ai plaidé la cause de ce pauvre merle, que je trouvais bien sympathique et qui ne risquait pas de nous gêner à cet endroit. J’ai finalement réussi à obtenir pour lui une autorisation de séjour. Vu d'en bas, on voyait juste un amas désordonné de feuilles mortes, de brindilles et même de ficelle. Cela n'avait vraiment pas l'air très professionnel.

Le nid de merle

Mais derrière ce capharnaüm, peut-être destiné à servir de protection, il y avait un beau nid bien rond contenant un petit oeuf vert. D'autres ont suivi.

Le nid de merle

Après avoir attendu avec impatience l'éclosion des œufs, j’ai eu un jour la surprise de voir un long bec qui dépassait du nid. Il avait vraiment une drôle de tête, cet oisillon, avec sa coiffure d'Iroquois!

Le nid de merle

Il a eu bientôt des frères et soeurs. Je n'ai jamais pu voir s'ils étaient 4 ou 5, car ils étaient tous entassés les uns sur les autres.

 

Après l'éclosion des oeufs, dès que la maman merle quittait son nid pour aller chercher de la nourriture, j'en profitais pour monter sur un escabeau et prendre des photos du nid..

Le nid de merle

Avant l’éclosion, la maman m’avait laissée prendre des photos du nid sans protester. Pendant la séance photo, elle m'avait observée calmement depuis la pelouse et n'était revenue que lorsque j’avais eu fini. Mais tout a changé après l'arrivée des petits. Dès que je faisais mine de monter sur l’escabeau, pendant qu'elle cherchait des vers de terre pour nourrir sa nichée, elle levait la tête et se mettait à émettre des sons discordants, qui traduisaient très bien sa réprobation. Je n’avais plus qu’à m'éclipser en vitesse, avec quelques mots d’excuses.

Le nid de merle

Mon fils m’avait dit : « Tu vas continuer à voir les petits pendant une dizaine de jours car, au début, ils ne peuvent pas voler : ils restent dans le jardin et la mère vient les nourrir. ». J’avais trouvé cela très inquiétant. S’ils ne pouvaient pas voler, est-ce qu'ils risquaient de s’écraser sur les dalles de ciment devant la maison, en quittant le nid ? En effet quand ils nichent dans des arbres, ils tombent sur l'herbe. En revanche, à cet endroit, une chute pouvait être fatale. En fait, même s’ils ne peuvent pas voler loin, les petits merles se laissent sûrement tomber du nid en une sorte de vol plané. Ils peuvent même voleter sur quelques mètres.

Au début, je voyais de temps en temps la maman merle qui donnait la becquée à l'un des petits sur la pelouse. Mais un jour, je n’en ai plus vu aucun, même si cela ne faisait que 5 ou 6 jours que le nid était vide. Je me faisais du souci. Il y avait tant de vilains matous mal intentionnés dans les parages ! Mais un beau matin, j’ai entendu des pépiements sur la terrasse. Peu après, la maman merle est arrivée avec un vermisseau dans le bec. Un gros bébé merle, caché sous les fleurs du parterre, est apparu soudain. Cette scène s'est reproduite plusieurs fois par jour.

Le nid de merle

Malheureusement, il était seul. Les autres n’avaient sûrement pas survécu. Il paraît que c’est souvent le cas. C’est pour cela que, pour perpétuer l’espèce, il y a 2 ou 3 couvées par an. Peut-être qu’ayant perdu les autres, la maman avait eu la bonne idée de cacher le survivant à un endroit où il était en sécurité. Peu à peu ses plumes tachetées d’oisillon étaient remplacées par des plumes noires. C’était un petit mâle, car le plumage des femelles est marron.

Un beau jour, il a sûrement pu enfin voler vraiment et je ne l’ai plus revu. Mais j’espère que, l’an prochain, un merle choisira à nouveau notre maison pour y faire son nid. C’est très probable, car ils reviennent en général au même endroit.

Publié dans OISEAUX

Commenter cet article